La musique baroque...non pas un choix esthétique mais un choix de vie !!!
Pourquoi écrire encore sur l'oeuvre de JS Bach ? Prononçons, « Bar », nous aussi, quoique francophones, tant son nom est déjà une musique quand il est bien dit et que son art est plus proche du Bar de baroque que du bac de baccalauréat ou du bac de lessive. Musicologues, historiens, interprètes, nous ont déjà livré tant de clefs pour l'écoute approfondie de son oeuvre qu'il serait présomptueux d'en rajouter dans ces registres.
Par contre , philosophes et théologiens leurs ont laissé souvent le terrain et à part l'exception qui confirme la règle du pasteur Albert Schweizer, ils sont rares, parmi les auteurs francophones ceux qui ont bien voulu se plonger dans la spécificité de son langage pour l'expression d'un message plein de sens et spécifiquement chrétien.
Qu'un pasteur écrive sur l'oeuvre de Bach a une résonance toute particulière parce qu'elle est teintée d'une jalousie audacieuse. Lequel d'entre nous en effet ne rêve t-il pas de pouvoir transmettre l'évangile avec autant de puissance et de succès que ne le fait encore aujourd'hui le cantor ? Un véritable aumônier discret des musiciens, tant aucun de ses interprètes ne peut échapper à la question du sens de sa musique. On en connaît bien l'un ou l'autre, amoureux des cantates mais se refusant à leur contenu chrétien et ne se réclamant que de l'esthétique en affirmant que l'on peut ne s'attacher qu'à la musique tout en en négligeant les textes. Cette écoute du ruisseau (Bach en allemand), c'est comme si vous essayez d'écouter le bruit d'une rivière tout en y retirant toutes les pierres de son lit. Dommage !
Oui, il n'y a rien à cacher, la foi est un outil supplémentaire pour entrer dans toute la compréhension de l'oeuvre géniale de JS Bach, ce qui ne signifie pas qu'elle ne puisse pas être appréciée par ceux qui ne possèdent pas cet outil.

Bachoque.ch - 2011 © Marc Seiler.